Les parrains du salon antiquités brocante


2017

Claudia Lechevalier

Créatrice de bijoux en pâte à métaux

Tout commence en 1990. Les japonais mettent au point une technique incroyable pour recycler les métaux précieux des appareils électroniques, en forme de pâte.

Claudia Lechevalier créée des bijoux par modelage ou moulage en argent, or, bronze, cuivre et acier. C’est comme avoir le métier de potier, allié à celui de bijoutier.

Un travail artisanal, artistique et écologique.

Sa boutique, située au 4 rue Auguste Carof à Ploudalmézeau, accueille toute l’année de l’artisanat breton (photographie, peinture, poterie, fusing, bois flotté, bijoux en perles originales…)

Allez lui rendre visite

ou

retrouvez-là sur facebook

http://www.facebook.com/bijoux.l.art.en.argent29

   


2016

Joëlle Josselin

Artiste illustrateur

joelle josselin

Joëlle Josselin est née en 1950 à St Brieuc dans les Côtes d’Armor. Le dessin a toujours été une passion tout comme la culture bretonne.

Très jeune, elle a participé à la vie d’un cercle celtique, ce qui l’a initié à cette grande et belle culture du costume et de la danse. C’est en 1965 qu’elle rentrée à l’école des beaux arts de Tours où elle a perfectionné sa technique en dessin. 

Plus tard, elle a abandonné les pinceaux pour rentrer dans la marine comme infirmière.

Après 15 ans dans la marine elle a décidé de se consacrer à sa vie de famille et de reprendre sa passion de toujours, la peinture.

C’est au fil des années que l’expérience et le style s’acquièrent, et c’est depuis maintenant les années 90 que l’aventure des pinceaux continue sans cesse.


2015

Mich Mao

Plasticien

oiseau mich mao

Mich Mao est né à Langolen dans le Finistère Sud. Après de nombreuses expériences professionnelles et personnelles, il découvre la sculpture. Ce n’est qu’ à partir de 1999 qu’il décide de se consacrer entièrement à l’activité de plasticien.

Il conjugue alors sa passion de « la forme qui se déforme et se reforme » avec multiples matériaux : le bois (chêne, pommier, orme, if, tilleul, cyprès…) ou le métal (carcasses de voitures, calandres de camions…).

Mich Mao se confronte au public pour la première fois en 2000, lors de l’exposition collective « la Foire aux Croûtes » à Brest. Ses sculptures en bois et sa première 2CV Citroën transformée en oiseau font impression.

Son travail artistique est vite repéré et les expositions se sont enchaînées sur sa terre d’origine. Certaines de ses oeuvres sont mises en scène lors d’événements particuliers, ou de manière permanente dans l’espace public.

 


2014

Nial Pollock

Photographe

iwerzhon_04Nial Pollock est un photographe professionnel irlandais. Il
s’intéresse à la photographie dès ses 15 ans et installe sa première chambre noire peu de temps après. Il passe dix ans à Londres où il se lance officiellement dans la photographie en semi-pro, tout en travaillant dans des labos photos, dans le secteur informatique et dans la vente de matériel photo. Nial s’est installé en Bretagne comme photographe pro il y a 8 ans et y vit avec sa femme bretonne et leurs trois jeunes enfants.

Il favorise la spontanéité, les lumières naturelles mais il aime aussi particulièrement utiliser les nouvelles techniques pour démarquer son approche.

Des exemples variés de ses travaux sont disponibles sur iwerzhon.com

 


2013

Guy Le Nair

Ecrivain

Né à Audierne en 1943, il a passé son enfance à Pleyben.

Après un passage dans la marine marchande où il a été capitaine au long court, il  finit sa carrière en tant que pilote au port de Dunkerque.

C’est vers l’âge de 45 ans qu’il est attiré par la philosophie druidique et fait la rencontre de Gwenc’hlan Le Scouëzec. Il est aujourd’hui druide.
Sa retraite le replonge dans l’écriture qu’il avait inachevé quelques années auparavant.

Il vit actuellement à l’Aber Wrac’h

Bibliographie
La triade funeste (2010)
Le syndrome armoricain (2012)


2012

Hervé Lossec

Ecrivain

herve-lossec

Doit-on encore présenter Hervé Lossec ?

Son livre « Les Bretonnismes »  (tome 1) paru en novembre 2010 s’est vendu à plus de 180.000 exemplaires.

« De retour » (paru en octobre 2011) prend également le chemin d’un grand succès en librairie. Il faut dire qu’en ces temps de crise, de tels livres, débordant de culture et d’humour, brillamment illustrés par Nono, délivrent de la bonne humeur dans les chaumières !

Il y a 4.000 mots anglais employés couramment en français, paraît-il. La langue française a été créée par l’addition des langues régionales. Par un juste retour des choses, celles-ci, et le breton en particulier, peuvent lui venir en aide si elle manque de créativité dans ces moments difficiles. Et avec le breton, du goût on aura, sûr que c’est !

les bretonnismes


2011

Eugène-André Kerbiriou

Peintre

kerbiriou

Enfant du pays (il est né à Landunvez), il se consacre uniquement à la peinture depuis 1990.

Il travaille et vit en Bretagne où il étudie les thèmes Marine et Paysages et se tourne très tôt vers l’aquarelle, technique qu’il utilise toujours au cours de ses voyages.

Reconnu dans cette discipline, il expose dans différents salons, tant en Bretagne qu’en région parisienne :
– Médaille d’argent au salon d’hiver à Paris en 1995
– Expositions régulière à Genève
– Depuis 2006 Admirality Gallery Miami
– Galerie Jacque’s Antiques Charleston
– expositions régulières à St Renan depuis 1974 où il anime l’atelier de peinture depuis 1986.

Il expose en permanence à Pont-Aven où il a installé son atelier de peinture depuis 1996, et présente huiles et acryliques sur les thèmes Bretagne, Iran, Maroc, Venise, New York, Hong Kong, San Francisco…


2010

Pierre-Marie Mallegol

Ecrivain

2009 040

Pierre-Marie MALLEGOL est né en 1941 à PLEYBEN (29) où il passera toute son enfance.

En 1969, il quitte les Monts d’Arrée pour enseigner dans le Léon.

Il y a 30 ans pour aider la langue bretonne «de son enfance», il va, avec d’autres parents , créer l’école Diwan de Ploudalmézeau. Durant de nombreuses années, ils vont réaliser des prouesses pour que l’école existe et que les enfants y soient bien pour apprendre.

En lisant son livre et tous ses souvenirs, on comprend un peu mieux cet engagement, qui a pu sembler utopique.

Il vit aujourd’hui à Ploudalmézeau et profite de sa retraite.

« Miettes de vie aux portes des Monts d’Arrée »
Ces miettes de vie sont autant de morceaux choisis dans le temps de l’enfance.Car quand il s’agit de se souvenir, la mémoire a ses voies, ses hauts et ses bas.
Quoi de plus normal pour un montagnard !
Car se sont des miettes de vie dans les Monts d’arrée, à Brasparts et Pleyben que propose, ici Pierre-Marie MALLEGOL : de toutes premières impressions de la petite enfance à l’entrée dans le cadre scolaire de l’immédiate après-guerre, on suit un petit garçon, à la fois volontaire et tendre, jamais dans l’ombre des grand-frères, mais viscéralement attaché à la famille, et à la terre qu’elle travaille

Le lecteur n’est pas perdu même si l’univers décrit a vécu: le pays de l’enfance est familier à tous…Grâce à ces «Bruzun Buhez» on prend par la main le petit bonhomme qu’a été le grand-père d’aujourd’hui, on l’écoute, on rit et on part à la découverte avec lui.


2009

Jean-Pierre DAUVILLIER

Artiste peintre

J.P. DAUVILLIER est né à Brest en 1955. Il vit et travaille à ARGENTON-LANDUNVEZ (29). Après une formation universitaire et un parcours dans l’enseignement (professeur de français), il décide en 1995 de se consacrer uniquement à la peinture. Il expose régulièrement dans de nombreux lieux du département, principalement Brest et Quimper. Inspiré par le milieu maritime, il travaille aujourd’hui plus particulièrement sur le minéral (galets) et le végétal (laminaires), matières caractéristiques des grèves d’Iroise…

 Il évoque ainsi sa démarche artistique : « Des centaines d’état à dé-peindre, mais tant d’autres choses à faire… Alors pourquoi la peinture ? Pour se lever au matin avec un but, précédé de plein de questions, un peu sur le comment, plutôt sur le pourquoi.

Pour créer des images, parfois estimées. pour que les enfants, un jour, se posent des questions devant et  trouvent deux ou trois réponses, les leurs. Pour qu’ils aient de l’appétit.

Pour parler à la femme que j’aime, sans les mots certains jours. Pour mieux me contredire tout en cherchant l’unité. Comme une manière de prier.
Pour marcher dans les rues d’un pas plus sûr parmis les gens tout autour, mais pas toujours dans le même sens. Pour regarder la nature avec l’acuité qu’elle mérite. Il y a des jours, elle me met à genoux tant elle est présente et neuve.

Pour ne pas perdre le fil.
Pour que ceux qui regardent cherchent le fond dans la forme. Pour boxer l’actualité, relever son défi, faire face à l’ignominie et à la volonté de casser les êtres. Pour se sentir cogner une âme.
Pour l’amour de Prévert, celui de Guillevic et de ceux qui suivront.
Pour poser la voix comme Joe Cocker quand il dit  » don’t let me be misunderstood… »


2008

Anne Salaun

Artiste peintre